Au fil de ces dernières années, les critères ESG sont devenus une référence en matière d’investissement socialement responsable (ISP). Ils s’appliquent aux entreprises et s’intéressent notamment à l’impact de leurs activités sur la société et le développement durable. Que sont les critères ESG et quels sont leurs réels enjeux ? Découvrez ici l’essentiel à retenir sur le sujet.

Les critères ESG : de quoi s’agit-il ?

Les critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) désignent les trois piliers de l’analyse extra-financière considérés dans la gestion socialement responsable. Ces critères permettent d’évaluer la responsabilité sociétale des entreprises à l’égard de leurs parties prenantes (clients, actionnaires, partenaires, fournisseurs, salariés, sous-traitants, etc.) et de l’environnement.

Ils peuvent également s’avérer utiles pour organiser l’analyse des performances financières des entreprises. En réalité, les critères ESG incitent les entreprises à voir autrement. Ils associent la valeur financière de l’entreprise aux valeurs éthiques.

Le succès n’est donc plus qu’une simple question de grandes performances financières, atteintes au détriment des valeurs morales et durables, mais une combinaison de tous ces paramètres. Ils doivent transparaître dans votre stratégie d’entreprise, vos investissements, vos activités de sorte à préparer votre entreprise pour un monde plus sûr. Quels sont alors les réels enjeux des critères ESG ?

Les critères environnementaux (E)

Les critères E mesurent les répercussions de l’activité de l’entreprise sur l’environnement à travers les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, la performance énergétique et environnementale est évaluée à partir d’éléments tels que :

  • les émissions de CO2 ;
  • le recyclage des déchets ;
  • le respect de la biodiversité ;
  • la consommation en énergie électrique ;
  • l’utilisation d’énergies renouvelables ;
  • la prévention des risques (déjections toxiques, pollutions des nappes phréatiques, etc.), etc.

En résumé, les critères environnementaux œuvrent contre les actions polluantes en faveur du développement durable.

Les critères sociaux (S)

Les critères S quant à eux se rapportent à l’impact d’une entreprise sur ses parties prenantes en termes de valeurs universelles (droits de l’homme, normes du travail, etc.). Ici, l’évaluation de l’impact social prend en compte :

  • la parité ;
  • la sécurité au travail ;
  • le salaire des employés ;
  • les avantages sociaux des employés ;
  • l’inclusivité des minorités ou personnes invalides ;
  • la relation entre l’entreprise et la communauté locale, etc.

Les critères sociaux concernent l’ensemble des parties prenantes, y compris les sous-traitants.

Les critères de gouvernance (G)

Moins bien connus, les critères G portent sur les méthodes de gouvernance ou d’administration sur lesquelles une entreprise se base pour prendre ses décisions, satisfaire aux besoins des parties prenantes (internes comme externes) et respecter la loi. Ces critères prennent en compte :

  • la stratégie fiscale ;
  • le rôle des actionnaires ;
  • la lutte contre la corruption ;
  • la diversité au sein du conseil d’administration ;
  • l’existence d’un comité de vérification des comptes ;
  • la transparence de la rémunération des dirigeants, etc.

Entre enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance, les critères ESG apportent des avantages aux entreprises qui l’intègrent à leur stratégie.

Quel est l’intérêt pour une entreprise d’investir dans les ESG ? 

L’entreprise qui intègre les critères ESG au sein de sa politique s’inscrit dans une démarche RSE. Si cela représente un atout colossal pour sa croissance, elle a intérêt à tenir compte des critères ESG pour plusieurs raisons.

Sur le plan environnemental, l’intégration de pratiques écoresponsables a pour effet d’attirer et de fidéliser davantage de clients, de fournisseurs, de collaborateurs. L’objectif étant de faciliter beaucoup plus de partenariats.

De même, cela favorise un meilleur accès aux ressources et entraîne une réduction des coûts, avec pour résultat une moindre consommation en énergie. Sur le plan social, les critères ESG offrent également des avantages considérables. Ils permettent notamment aux entreprises :

  • d’améliorer le moral de leurs employés ;
  • d’accroître leur crédibilité au plan social ;
  • d’attirer des esprits brillants et talentueux ;
  • de tisser des liens solides avec la communauté, etc.

Par ailleurs, l’intégration des critères de gouvernance aide l’entreprise à se conformer aux lois et réglementations et lui permet de rester dans les bonnes grâces du gouvernement. Elle favorise aussi de meilleures relations avec les investisseurs, les actionnaires et les autres parties prenantes.

Y a-t-il une différence entre ESG et RSE ?

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et les critères ESG traitent tous de l’impact de l’entreprise sur l’environnement. Cependant, les rôles et les objectifs sont bien différents. En effet, l’objet de la RSE est d’amener les entreprises à s’allier au respect de l’environnement en adoptant des comportements écoresponsables. Ces changements comportementaux tendent à réduire son impact sur l’environnement et la société tout en lui permettant de rester économiquement viable.

L’obéissance au RSE peut induire une migration du modèle économique actuel de l’entreprise vers un modèle durable et compatible aux besoins environnementaux. Cette conversion de la gouvernance des entreprises intéresse désormais les acteurs du monde de la finance. Ainsi, pour estimer le potentiel de croissance des entreprises, assureurs et banquiers associent aux critères financiers conventionnels des éléments extra-financiers ayant pour but d’évaluer la politique RSE des sociétés, d’où les critères ESG.

En bref, la RSE agit du point de vue des entreprises concernant la façon dont ces dernières assimilent les enjeux extra-financiers à leur activité alors que les critères ESG interviennent du point de vue des acteurs financiers et notent les pratiques RSE de l’entreprise.

Comment associer les critères ESG à sa stratégie RSE ?

D’après une étude HSBC, il ressort que 61 % des investisseurs et 48 % des entreprises élaborent une stratégie prenant en compte les critères ESG. Ces chiffres, loin d’être banals, témoignent qu’un grand nombre d’entreprises et d’investisseurs souhaitent gagner de l’argent sans porter atteinte à l’environnement et à la société. Cependant, les choix d’investissements privilégient trop souvent les performances financières au climat. Pour réaliser ses revenus de manière écoresponsable, l’entreprise doit utiliser les critères ESG dans sa stratégie RSE. Voici quelques conseils pour y arriver !

Élaborer sa stratégie RSE

A priori, les critères ESG constituent une bonne base stratégique pour les entreprises à responsabilité sociétale, soit le RSE. Pour de nombreuses entreprises, l’intégration des critères extra-financiers est une obligation. Qu’il soit obligatoire ou pas, le plan d’action RSE aide les entreprises à crédibiliser leur image, convertir des clients, obtenir des investissements, etc. Si certains fonds commencent déjà à fermer leurs portes aux activités polluantes, l’importance des critères extra-financiers ne fera qu’augmenter dans les années à venir. Pour toute entreprise ambitieuse, futuriste et avisée, l’idéal est alors de prendre dès à présent les devants et de constituer un réseau de partenaires et d’investissements durables.

Traiter avec des partenaires responsables

Les critères extra-financiers peuvent également vous aider durant le choix de vos parties prenantes (actionnaires, fournisseurs, partenaires, etc.). Vous pouvez par exemple intégrer les engagements ESG dans vos critères d’entrée afin de faciliter le processus de sélection et de créer un réseau engagé pour le développement durable. C’est d’ailleurs ce que certaines organisations font déjà en instaurant une politique d’achats responsables. Le choix des fournisseurs ne se base donc plus seulement sur des critères financiers, les valeurs ESG sont également prises en compte.

Opter pour des investissements durables

Malgré les nombreux labels qui existent, le choix d’investissements rentables à faible impact peut sembler difficile à faire. Cela dit, les critères ESG aident à y voir plus clairement. Ainsi, vous disposez de deux options principales pour sélectionner vos investissements : déléguer ou choisir vous-même. Si vous choisissez de déléguer, vous pouvez solliciter des fonds d’investissement.

Ces sociétés peuvent placer votre argent à votre demande en prenant en compte les valeurs ESG dans leur stratégie d’investissement. Cependant, rien n’est garanti d’avance. Le résultat va dépendre des indicateurs et de la stratégie choisie. Par ailleurs, si vous voulez choisir les investissements vous-même, sachez que l’analyse des entreprises et de leurs performances RSE et ESG peut prendre un temps fou.

Vous pouvez solliciter des labels tels que les labels ISR (Investissements Socialement Responsable) ou GreenFin (Finance Verte) pour vous aider à orienter vos investissements.

L’ISR : plus sûr que les autres placements ?

Sorti en 2016, le label ISR vise à offrir aux épargnants plus de visibilité sur les produits ISR. Les fonds d’investissement labellisés ISR traitent des problématiques en rapport à l’environnement et au développement durable en intégrant les critères ESG à leur stratégie. Les particuliers peuvent y accéder grâce à des plans d’épargne entreprise (PEE), des plans d’épargne en action (PEA), des compte-titres ou des contrats d’assurance vie.

En réalité, il n’existe pas de placement sans risque. À l’instar des autres actions, les investissements socialement responsables (ISR) présentent aussi bien des avantages que des inconvénients. Même si plusieurs entreprises font souvent de bons résultats, ce serait une grossière erreur de croire que c’est avec un risque moindre. Pour une entreprise qui choisit de limiter ses options d’investissement en intégrant des valeurs éthiques ou tel et tel paramètre, le retour sur investissement est forcément impacté. Cependant, il existe des fonds d’investissement socialement responsables, qui en raison de leur petite taille sont capables de facturer des frais plus élevés qu’un fond standard.

Que retenir finalement ?

Les critères ESG sont des indicateurs de la bonne gestion d’une entreprise, au-delà des résultats financiers atteints. Ces différents critères permettent de déterminer l’impact d’une entreprise sur l’environnement et sa relation avec les travailleurs. En intégrant les critères ESG dans sa politique d’affaires, l’entreprise accroît sa notoriété aux yeux de nombreux clients et du gouvernement.

PARTAGER
Article précédentComment assainir l’air de son logement ?
Article suivantQuel modèle de robot de piscine choisir ?
Je suis végétarien et très sensible à l'environnement. J'aime cultiver mes propres légumes à travers mon propre potager ! Retrouvez mes conseils en matière d'écologie, jardinage et d'environnement !